Le groupe japonais Lixil veut toucher 100 millions de personnes avec ses toilettes Sato

Une famille utilisant des cuvettes Sato, en Ouganda. © Sato Lixil

Jeune Afrique

Avec un modèle de toilettes bon marché et peu gourmand en eau, le conglomérat japonais Lixil s’appuie sur l’objectif de développement durable n° 6 des Nations unies – l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement d’ici 2030 – pour se développer sur le continent.

Parce que la construction de larges réseaux d’assainissement urbains avec collecte des eaux noires, traitement et rejet en milieu naturel coûte cher, d’autres solutions innovantes se développent. C’est notamment le cas du dispositif Sato, destiné aux populations rurales et périurbaines, proposé par le groupe japonais Lixil, numéro un mondial sur le marché des sanitaires.

Développé grâce à de la recherche financée par la fondation Bill & Melinda Gates, dans le cadre du challenge « Réinventer les toilettes » lancé en 2011 pour apporter des solutions d’assainissement durables et à bas prix aux 2,3 milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à des sanitaires décents, ces toilettes nécessitent très peu d’eau, de 0,2 à moins d’un litre, contre 10 litres pour des chasses d’eau classiques. Il est en outre possible d’en récupérer les résidus secs et de s’en servir comme engrais.

Vendu de 5 à 7 dollars l’unité, ce dispositif répond à plusieurs grands défis industriels : éliminer les pathogènes des matières fécales, se passer peu ou prou de raccordement à l’eau et à l’électricité, et recycler les excréments.

250 000 cuvettes installées en Afrique

Depuis le lancement en 2013, 3 millions de cuvettes Sato ont été installées dans 27 pays en développement et émergents dans le monde, dont 15 pays africains (Ghana, Nigeria, Côte d’Ivoire, Bénin, Sénégal, Zambie, Rwanda, Ouganda, Tanzanie, Malawi, Kenya, Éthiopie, Madagascar, Mozambique et Afrique du Sud). Sur le continent, 250 000 cuvettes Sato ont été écoulées, servant près d’un million de personnes.

L’objectif de Sato Lixil : toucher 100 millions de personnes d’ici 2025. L’Afrique est un marché clé pour le groupe Lixil dont la stratégie s’aligne sur l’objectif de développement durable n° 6 des Nations unies – l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement d’ici 2030. Le groupe japonais, dont le siège est à Tokyo, pèse aujourd’hui 18 milliards de dollars et emploie 75 000 personnes à travers le monde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s