Documentaire/Webdoc

Teaser : Je ne suis personne

Armel, 33 ans, diplômé en informatique, est un migrant sans papiers. Originaire du Cameroun, il a pris la route il y a six ans. Il a traversé la moitié du continent africain, passant par le Nigeria, le Niger, le Mali, l’Algérie. Parvenu au Maroc, il y restera deux ans, se cachant dans les villes et les forêts pour échapper à la police. Et puis l’Europe, ce rêve inaccessible à quelques encablures des côtes tangéroises.

Parvenu en France fin 2014, il vit aujourd’hui en banlieue parisienne. Il essaie de se construire une vie, ici. Mais l’absence de papiers rend toute démarche compliquée et dangereuse. Fin 2015, Armel a été arrêté puis détenu un mois et demi dans le centre de rétention de Palaiseau, avant d’être relâché. Il continue de se battre pour exister dans la clandestinité. Une vie à la marge, fragile.

Réalisation Christelle Marot et Elise Llinares, 2015.

 Réalisation Christelle Marot et Elise Llinares, 2015.

 

 


Charlie, un dimanche

Réalisation Christelle Marot et Stéphanie Nedjar, 2015.

 

 


 

Webdoc: La double peine des habitants de La Pallice

A La Rochelle, dans le quartier de Laleu-La Pallice, classé à haut risque industriel, les riverains s’insurgent. Les installations dangereuses et polluantes menacent leurs habitations. Une société en particulier, le groupe de distribution de produits pétroliers Picoty, est pointée du doigt. Picoty est accusé de poursuivre l’installation de cuves d’essence et de gasoil à proximité des maisons. Avec une latitude surprenante. Rue des Sablons, les odeurs d’essence empoisonnent régulièrement l’atmosphère. Le quartier de Laleu-La Pallice compte plus de 6 000 habitants, pour la plupart d’origine modeste. Céleste Gomes, Judette Pages, Anne le Duigou et Brigitte Desveaux raconte leur colère et une angoisse diffuse.

Réalisation Christelle Marot, 2014.

 

Céleste Gomes, retraitée à La Pallice

Céleste Gomes, d’origine portugaise, est arrivée en France dans les années 60. Elle réside à La Pallice, quartier de La Rochelle, depuis 1969. Les cuves d’essence à quelques mètres de sa maison l’angoissent. Mais Céleste n’a pas les moyens de se loger ailleurs. Elle s’insurge contre l’entreprise Picoty qui stocke des hydrocarbures et a continué de construire des cuves à proximité des habitations ces dernières années. « Ce n’est pas parce qu’on est des pauvres, des petits , qu’on ne doit pas être respectés ».

 

Judette Pages, habitante de La Pallice depuis 1963

Judette Pages réside à La Pallice depuis plus de 50 ans, bien avant l’installation des premières cuves d’hydrocarbures. Pour cette retraitée qui dispose d’une maigre pension, il est très difficile et incompréhensible de devoir payer pour la mise en sécurité des habitations, aujourd’hui classées en zone Seveso.

 

Anne Le Duigou, présidente de l’association Respire

A La Rochelle, dans le quartier de La Pallice, classé à haut risque industriel, les riverains s’insurgent. Cernés par des installations dangereuses et polluantes, on leur demande de payer pour la mise en sécurité de leurs habitations. Une injustice pour les habitants de ce quartier ouvrier et populaire. Depuis plusieurs années, l’entreprise Picoty installe des cuves d’hydrocarbures à proximité des maisons, avec une latitude surprenante.

 

Brigitte Desveaux, militante écologiste

Brigitte Desveaux est porte-parole d’EELV La Rochelle-Ré-Aunis. Selon la militante écologiste, l’ensemble des risques sur le site Seveso n’a jamais été évalué. « On a une bombe ici ». A La Pallice, on cumule risque environnemental et injustice sociale.

Une réflexion sur “Documentaire/Webdoc

  1. Ping : #Reportage #International – Stephanie Nedjar

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s